De quoi est fait le mouillage de L’Envol ?

Mouillage au pozo Delfin, archipel des Chonos, Patagonie

Mouillage au pozo Delfin, archipel des Chonos, Patagonie

- 1 ancre Spade S60 acier 9,5 Kg
- 1 ancre plate Fortress FX16 alu 4,5 Kg
- 60 m de chaîne Vigouroux 8 mm
- 30 m de câblot semi-statique 11 mm

La Spade S60 constitue notre mouillage principale, elle rentre dans la baille à mouillage du Django 7.70. La Fortress FX16 la complète parfois en cas de conditions particulièrement fortes, je l’utilise alors mouillée au vent (technique de l’affourchage) ou bien empennelée avec la Spade et 7m de chaîne de 8mm.

Je suis enchanté par ces deux types d’ancres très complémentaires. Le plomb dans la pointe de la Spade lui donne du poids là où c’est nécessaire. D’autre part, les Rocna, Bugel ou Manson avec leurs arceaux ne rentreraient pas dans la baille à mouillage.

La chaîne Vigouroux de 8mm (charge de rupture à 3200Kg) est répartie en trois paquets, un de 30m qui avec 43Kg reste encore déplaçable et deux de 15m.

L’absence de guideau me permet d’interconnecter le tout sans gêne avec un couple de manilles lyre inox de 10mm pour chaque jonction de chaîne. L’ancre est connectée à la chaîne avec une manille lyre galva HR (haute résistance) que l’on trouve dans les catalogues d’accessoires de levage et de manutention, charge de travail 1000Kg, rupture à 5000Kg. Il serait intéressant d’utiliser ce matériel pour les jonctions de chaîne mais la corrosion superficielle du galva a tendance à sceller l’axe et je perdrais la faculté d’ajuster la longueur de ma ligne de mouillage à poste à moins de scier la manille (délicat à faire à bord, la limaille transportée par le vent se dépose partout et rouille en constellation sur le gelcoat, ramener le mouillage au taquet arrière avant de faire ce travail semble un minimum afin de placer la baille sous le vent). Les manilles inox s’ouvrent sans problème après une longue utilisation mais sont à priori moins résistantes et corrodent lentement les premiers maillons au contact par électrolyse, tout les deux ans il faut les supprimer.

En fin de mouillage, la chaîne est connectée à 30m de câblot semi-statique 11mm avec une manille lyre inox de 10mm. Cette corde destinée aux travaux acrobatiques est un bon compromis entre faculté d’amortissement et sensibilité au ragage, à chaque terminaison un anneau cousu (résistance 2200Kg) permet une jonction aisée avec une manille et la rallonge du mouillage si nécessaire.

Jusqu’à Buenos Aires, je n’utilisais que 30m de chaîne connectés aux 30m de câblot, c’était parfois juste. Pour la Patagonie, j’ai connecté la totale pour disposer d’un mouillage lourd (97Kg) avec 60m de chaîne complétés du même câblot, il fallait bien ça. Avec un peu d’organisation, le mouillage complet tient dans la baille à mouillage du Django 7.70. La Fortress et ses 7m de chaîne sont rangés dans la cabine/soute technique arrière bâbord.

En moyenne, je mouille 45m de chaîne et une main de fer connectée à un bout dynamique (corde d’escalade) sert d’amortisseur. Parfois les 90m sont déroulés, spécialement quand le mouillage est profond et sujet à de violentes rafales comme dans la Baie des Vierges à Hiva Hoa aux Marquises.

En l’absence de guindeau, il est possible de remonter le mouillage à la main jusqu’à 20m de fond un jour pas ou peu venté, au-delà nous remontons la chaîne par fractions avec l’aide d’un winch de roof. C’est long mais fonctionnel. A ce jour, ce ne fut nécessaire que deux fois, par fonds de 25m, dans la caleta Porcelana à la fin des canaux de Patagonie et au mouillage de Hanga Roa à l’île de Pâques.

Plus rarement, j’empennelle les deux ancres : ancre FX16 – chaîne 7m – ancre S60 – chaîne 30m – chaîne 15m – chaîne 15m – câblot 30m, ce qui porte le mouillage à 97m. J’affectionne cette technique pour étaler du gros temps mais pas en mouillage prolongé où une rotation de vent ou le courant de marée pourraient provoquer un ratissage de la Fortress par la chaîne en cours de repositionnement.

Le faible poids de la Fortress conjugué à celui raisonnable de la Spade permet de remonter aisément à la main le mouillage empennelé par 10-12m de fond.

Un grand merci à Fabien Martin de la société Sea Tech & Fun Europe pour la fourniture de l’ancre Spade, ainsi qu’à Bénédicte Garcia de la société Vigouroux pour la fourniture de la chaîne.

Article mis à jour le 26/06/2020 de Taranna, Little Norfolk Bay, Tasman Peninsula, île de Tasmanie, Tasmania, Australie, GPS 43 2.92 S 147 51.72 E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>