Nouvelles voiles

Norlam SRP 65 en plein processus de délamination avancée

Notre escale en Nouvelle-Calédonie aura débuté par un gros challenge, remplacer notre GV et notre génois. Devant l’abyssale déception de notre précédent jeu de voiles, il n’était plus question de passer par un grand compte de la voilerie, j’allais reprendre à mon avantage l’adage qui dit que l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Je me chargerai donc de la prise de mesures, documenterai les principales côtes avec croquis et photos dans un document de synthèse puis suite à une émission de devis choisirai un plancher chinois ou asiatique pour la réalisation.

Prise de mesures au stade du PLGC

Il m’aura fallu deux mois de travail et un fichier Excel de plus de 400 lignes pour accoucher d’un document final d’une soixantaine de pages en anglais technique (merci Carina !).

Extraits du Sailmaker’s guide for new mainsail and genoa of sy L’ENVOL

Vous souhaitez acquérir le document complet ? RDV à la Boutique.

Tout d’abord, les devis chinois sont écartés car ils ne nous permettent pas de choisir notre tissu. Ces derniers travaillent avec Challenge, une entreprise américaine qui a eu son heure de gloire mais qui propose maintenant des tissus beaucoup trop sensibles aux UV et moins « raides » que la concurrence. Pour l’anecdote, en juillet 2018, le tissu Challenge Warp Drive était déclassé et les stocks de l’entreprise soldés inondaient en masse les planchers chinois. Tout les devis nous en proposaient, rarement avec le grammage adéquate, avec parfois une répercussion logique sur le prix mais parfois non ! Ce tissu fragile et mal stabilisé est actuellement remplacé par le Challenge Newport Pro Radial (qui doit faire ses preuves).

Exemples pour une GV de 20 m2 avec 4 lattes forcées (fullbattens) et 3 ris + un génois de 15,6 m2 à faible recouvrement (107%) sur enrouleur avec une bande anti-UV :

Far East Sails nous fait une proposition en Challenge 6.11 Warp Drive (257 g/m2, trop léger), coupe tri-radiale, à 800 € pour la GV et 600 € pour le génois.
Lee Sails renchérit en 7.11 (290 g/m2, même tissu, même coupe) à 1’340 € pour la GV et 1’040 € pour le génois.
A un poids de tissu près, un devis qui flambe déjà de 70% avec presque 1’000 € de différence en valeur !
Mais le pompon c’est Quantum Sails qui a le culot de nous chiffrer un 9.11 (390 g/m2, trop lourd, même tissu, même coupe) à 2’465 € pour la GV et 1’280 € pour le génois ! Non seulement le poids proposé n’a aucun sens pour notre petit esquif mais le tarif prend 170% d’augmentation passant de 1’400 à 3’745 € ! Ce devis « pour voir » auprès d’un grand compte aura permis de confirmer combien l’on paye pour un logo.

Nous choisirons ce qui ressemble à une histoire belge : un sailmaker transfuge de Nouvelle-Zélande, Zoom Sails, basé en Malaisie à Langkawi, travaillant avec un plancher au Sri Lanka, Aqua Dynamics ! L’échange de mails avec Philip Auger s’avère dense, franc et pédagogique. Il travaille avec Dimension-Polyant (DP), cette entreprise allemande qui fabrique le fameux Hydra Net, le top actuel du tissu de grande croisière, malheureusement hors d‘atteinte de notre bourse. Il nous oriente vers un tissé polyester (autrement dit de type Dacron) haute ténacité doté d’une armature ripstop de renfort qui permet de contenir les efforts appliqués sur le biais. Il s’agit du Square, un tissu qui par sa conception permet de faire des voiles à coupe aussi bien tri-radiale que simplement horizontale (crosscut). Surtout, la résistance aux faseillements et aux UV des tissus fabriqués par DP est avérée, garantie d’une grande longévité.

Le Square contrairement à l’Hydra Net ne justifie pas une construction tri-radiale, nous nous contenterons d’un assemblage en panneaux horizontaux pour nos deux voiles excepté pour le point d’écoute de la GV qui sera radial.

La proposition de Philip Auger, comprenant un tissé polyester DP Square finition MT en 310 g/m2, nous mène à un devis de 1’440 € pour la GV et 880 € pour le génois. Les boîtiers de latte Antal seront recyclés, envoyés à l’usine au Sri Lanka pour être intégrés au guindant et les quatre lattes seront réutilisées. Au total, il nous en coutera 2’320 € (+ 230 € de fret), un compromis satisfaisant, surtout si je compare aux 5’000 € que m’a coûté mon premier jeu de voiles en sandwich laminé Norlam SRP 65, un tissu fragile qui a commencé à se désagréger dès le milieu de la troisième année avec à peine 16’000 milles parcourus. Théoriquement, ce laminé tri-radial devait nous permettre de conserver un profil correct de nos voiles, las, GV et génois ont fini par accuser un creux rédhibitoire.

A la décharge de mon ex-voilerie, la construction de la GV était à toute épreuve, jusqu’à 18 épaisseurs de tissu au niveau des extrémités de lattes ! Mais un colosse aux pieds d’argile vu la piètre qualité du Norlam. Avec sa construction plus équilibrée notre nouvelle GV gagne 2 kg mais notre génois, sans surprise, prend 1 kg.

Le plancher sri lankais d’Aqua Dynamics

J’en profite pour refaire le lazy jack, un ensemble de cordage entre le premier étage de barre de flèche et la bôme qui permet à la voile de ne pas tomber sur le pont quand on l’affale. Pour cela je recycle la tresse dyneema de mes vieilles voiles (nerfs de chute et de guindant) et fait du matelotage (épissures). Le dyneema résiste bien aux UV et il est très doux aux frottements. L’ancien bout en polyester, durci par l’action du soleil, avait fini par marquer la GV, idem pour les anneaux en inox qui servaient de renvoi parce qu’ils tapaient sur la voile toujours au même endroit.

Durant les vacances scolaires d’été s’échelonnant en Nouvelle-Calédonie de mi-décembre 2018 à mi-février 2019, alors qu’une poussée record d’alizés sévit et que la saison cyclonique pourrait débuter à tous moment, nous avons l’audace de nous lancer dans un tour de Grande Terre à la voile. 823 milles sont parcourus en 30 jours de navigation nerveuse.

Tchao Hienghène !

Tchao Hienghène !

Changement de voiles avant Bourail

Changement de voiles avant Bourail

Dernier bord avant la baie de l’Orphelinat et Nouméa

Dernier bord avant la baie de l’Orphelinat et Nouméa

Choisissant le sens antihoraire, nous découvrons d’abord l’île des Pins puis nous partons au large vers les îles Loyauté et la mer souvent exécrable qui les défend, mais le gros morceau sera de reprendre contre l’alizé l’interminable côte Ouest de Grande Terre (200 milles). Il nous faudra deux semaines, 380 milles de louvoyage en 200 virements de bord pour venir à bout des 25 à 30 Nds de vent mêlé de brise s’installant rapidement dès onze heures du matin. Notre ensemble Zoom Sails est pour le moins validé ! Nous réintégrons la baie de l’Orphelinat tout juste l’avant-veille de la prérentrée des classes (Carina bosse comme prof) et dans la foulée le cyclone OMA met tout le monde en alerte en passant sur le Nord du Caillou…

Merci Philip et rendez-vous dans 16’000 milles pour un premier bilan comparatif !

Un grand merci à

Dominique pour son précieux décamètre, Clément pour l’usage du stade du PLGC, Marc & Agnès pour leur smartphone nous permettant de recevoir la météo à bord, Sébastien & Céline pour leur guide nautique de Nouvelle-Calédonie.








Engaged Like Button

Toutes nos traces GPS et waypoints d’escales en Nouvelle-Calédonie sont visibles et téléchargeables à partir de cette carte interactive. Sur un fond d’images satellites, vous pouvez zoomer, vous déplacer et cliquer sur les traces et les escales de L’Envol pour obtenir plus d’information.

Publié le 19/04/2019 de la bibliothèque, ville de Nouméa, Grande Terre, Nouvelle-Calédonie, GPS 22 16.44 S 166 26.6 E

Répondre à 7beds Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>