Initiation à la Patagonie

# Première semaine de navigation dans les canaux de Patagonie # Nous voilà parti en cette fin d’automne pour parcourir la majorité des canaux durant l’hiver. Période plus stable avec moins de vent mais plus froide, plus humide et avec des jours très courts (7 heures). Notre première étape et probation sera de parvenir à Puerto Natales. Compte tenu des jours courts, du courant et vent contraire qui réduit notre vitesse fond et de l’ impossibilité de nav de nuit (kelp, glaçons en provenance des glaciers, décalage entre carte et réalité >5 milles par endroit, zones sans sondage…), les étapes seront entre 20 et 30 milles tout les 3 jours environs selon le rythme des fenêtres météo, soit entre 2 et 3 mois de nav pour 450 milles ! Heureusement les caletas sont innombrables et la nourriture et l’essence embarquée en conséquence ! Pour s’échauffer, trouver chacun sa place à bord et inventer une routine sécurisante, nous allons tout d’abord passer 3 semaines autour de l’ile Gordon, zone célèbre pour ses ventisqueros (glaciers) spectaculaires que l’on peut approcher en bateau car ils finissent les pieds dans l’eau. La première nav exceptionnellement longue (70 milles) nous amène de nuit à la caleta del Bosque dans le Brazo Sudoeste de Beagle au Sud de Gordon. Le lendemain nous tentons de remonter l’estero Fouque, mais la glace en surface nous en empêche, bien que l’Envol s’essaye en brise glace… Il fait froid mais grand beau. L’estero suivant, Sin Nombre, avec sa double barrière d’entrée faite de kelp et d’une moraine sous marine de faible profondeur, le destine plutôt à une découverte en annexe, mais le tirant d’eau (1,2m) du biquille et l’absence de vent nous permet de manoeuvrer au millimètre et de passer avec l’Envol. Jusqu’à mi-parcours l’estero est dégagé, ensuite la glace occupe l’espace. Le 3e estero, Coloane, réputé pour sa caleta toute proche d’un glacier, est lui aussi hors d’atteinte, nous tentons de passer en force avec l’ancre et 15m de chaîne suspendue au bout dehors comme brise glace. Péniblement nous parvenons à ouvrir un chemin dans la glace sur 200m, découvrant de magnifiques méduses orange entre deux eaux. Le bruit atroce et l’ancre qui pêne, malgré le poids de chaîne, à rester sous la pellicule de glace, nous fait renoncer. Nous passerons la nuit en face, côté Gordon, au fjord Pasqui, un étroit bras de rivière entre 2 montagnes. Dans ce labyrinthe de canales, brazos, senos, esteros, fiordos, bahias et caletas, point de salut sans le livre bleu des Italiens, la Bible locale. Un boulot énorme aura été de reporter quelques centaines de wpts dans mon logiciel de nav, afin de bénéficier de toute l’information disponible d’un seul coup d’oeil ! Le lendemain un trek sur le sommet rive Est de Pasqui nous donne la mesure de notre vulnérabilité : voulant imiter Carina qui maitrise le patinage comme moi le ski, je m’éclate la tempe profondément contre la glace d’une mare gelée que nous nous amusions à patiner en bottes ! Sonné, le retour fut difficile et Carina passa quelques heures à stopper le sang, raser les cheveux, poser des Steri-Strip… Le canal Barros Merino (interdit par l’Armada) nous permet de rejoindre la caleta Arroyo non loin du Brazo Noroeste de Beagle au Nord de Gordon. Pendant la manoeuvre d’amarrage, le voilier « Jonathan » embouque ce même canal au portant. Ce sera l’unique rencontre de cette première semaine ! Les jours suivants, les températures plus clémentes et un temps maniable, nous permettent de découvrir les différents bras du seno Pia, et de côtoyer de près ces monstres de glace qui s’écroulent régulièrement avec grand fracas sous nos regards ébahis. Le slalom entre les glaçons devient un jeu, l’ étrave ou la poupe en premier suivant la densité ! Nous passons une nuit agitée à la caleta del Sur dans le Brazo Pia Oeste, du fait de rafales puissantes en provenance directe des glaciers qui me font craindre pour l’ amarre de 12mm et le taquet d’amarrage du bateau qui encaisse des tensions phénoménales sans broncher. Caleta Cinco Estrellas, un port naturel dans la bahia Tres Brazos de Gordon, sera notre jardin pour les 3 prochains jours. Une rivière se déverse dans la caleta à la dimension d’un hémicycle de 100m de diamètre et 3m de profondeur. Plus haut les cascades et le lac qui surplombent sont accessibles à pied et la vue est spectaculaire. Ce sera l’occasion de mon premier bain d’eau de pluie glaciale dans l’annexe- baignoire-citerne. Pour Carina, originaire d’Estonie, dont la culture familiale lui a appris à se baigner dans la mer gelée du Golfe de Finlande, c’est la routine ! #


Trek à Pasqui, isla Gordon, Brazo Sudoeste de Beagle, GPS Fiordo Pasqui 55 3.54 S 69 49.32 W

Caleta Arroyo, isla Thomson, canal Barros Merino, GPS 54 57.8 S 69 57.6 W

Ventisquero Romanche, Brazo Interior seno Pia

Envoyé le 15/05 par téléphone satellite du Brazo Noroeste de Beagle, GPS 54 52.7 S 69 37.7 W.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>