Tour de Tasmanie IV

26 mars 2020, 20:00

Mesdames et messieurs, chers lecteurs,

bienvenue à bord de L’Envol, vous ne pouvez pas le voir car il fait déjà nuit mais à gauche sur notre bâbord, nous nous apprêtons à doubler le mythique South West Cape (43° 35’ S). Après le plaisant louvoyage du départ, nous avons du affaler les voiles et nous nous excusons pour la nuisance sonore occasionnée par cette navigation au moteur. Rappelez-vous comme les voiles battaient et claquaient du fait des mouvements de roulis et du manque de vent pour les appuyer. Après le contournement du cap, la houle nous parviendra par l’arrière et nous pourrons nous passer du moteur car les voiles supportent mieux les mouvements de tangage. Notre ETA à Anchorage Cove, sur la côte Sud de Tasmanie, est estimé à 2:00 AM. Ce mouillage exposé de la Louisa Bay sera notre abri pour le reste de la nuit. Nous doublerons le South East Cape (43° 40’ S) dans la journée du 27 mars et nous prévoyons d’atterrir à Recherche Bay, sur la côte Sud-Est, en cours de nuit suivante

Nous vous souhaitons un bon voyage dans le Southern Ocean

 

 

Côte Sud et Sud-Est de Tasmanie

Bruny Island, D’Entrecasteaux Channel, rivières Huon et Derwent

Côte Sud et Sud-Est - cliquer sur l’image pour ouvrir la Google Maps

Côte Sud et Sud-Est – cliquer sur l’image pour ouvrir la Google Maps

Légende de la carte : en rouge, la trace du bateau sur l’eau, nos mouillages sont symbolisés par les ronds (rouges) ; en jaune, nos traces à terre, en stop, à pied, parfois en annexe…

Au fil de l’eau et du vent

1er-13 avril – Au fil de la Huon River : Port Cygnet, Franklin et Huonville

Port Cygnet

Port Cygnet

Merci Doc !

Two Dogs en kayak, L’Envol sous voiles, de Franklin au pont d’Huonville

Two Dogs en kayak, L’Envol sous voiles, de Franklin au pont d’Huonville

Dans l’étroit passage entre les Egg Islands

Dans l’étroit passage entre les Egg Islands

Retour dans le bras Ouest de la rivière Huon

Retour dans le bras Ouest de la rivière Huon

Black Swan

Black Swan

White-faced heron

White-faced heron

Red-billed gull

Red-billed gull

L’ambiance C-19

Notre premier contact avec la civilisation à Dover puis à Cygnet, nous met face à la réalité du confinement : les magasins, bars, restos, hôtels sont fermés, les rues sont vides, les parkings désertés et les voitures rares. Les manifestations sportives et les rassemblements de plus de 2 personnes sont interdits. Les touristes ont disparu, les locaux déambulent à distance les uns des autres. Dans les villages l’ambiance est fantomatique, dans les supermarchés – les seuls magasins ouverts – les règles de distanciation et les restrictions sur certains produits de base sont en vigueurs. Le wifi des bibliothèques est encore disponible mais circonscrit au paillasson du pas de porte. Des panneaux A4 plastifiés CLOSED apparaissent un peu partout, sont concernés les parcs nationaux, réserves, plages, campings et toilettes publiques.

Le 9 avril 2020, au début de la pandémie mondiale, nous avions écrit un mot sur le vif : Coronavirus en Tasmanie

 

14 avril – En excursion depuis Deephole Bay (Southport) : Southport Bluff et Lagoon, Ida Bay Railway

Southport Bluff, au fond South Bruny Island

Southport Bluff, au fond South Bruny Island

Sur les rails d’une ancienne carrière (Ida Bay Railway)

Sur les rails d’une ancienne carrière (Ida Bay Railway)

 

18-23 avril – Au fil de la Derwent River (Hobart) : Battery Point, Bridgewater et Austins Ferry

Sur la Derwent River, en vue du Tasman Bridge et d’Hobart

Sur la Derwent River, en vue du Tasman Bridge et d’Hobart

Au mouillage d’Austins Ferry sur le chemin du retour à Hobart

Au mouillage d’Austins Ferry sur le chemin du retour à Hobart

Le périlleux âge de la voile

Carte de la Tasmanie (1811)

Carte de la Tasmanie (1811)

Sur la côte Sud-Est de Tasmanie je me sens un peu comme à la maison, les noms sur la carte sont d’origine française et parlent de notre histoire, pourtant l’Australie a été colonisée par les britanniques, mais alors comment en sommes-nous arrivés là ?

L’exploration commerciale de la région Indopacifique débute au 16e siècle. En 1620, ce sont les hollandais qui dominent le commerce maritime, ils ont une colonie à Batavia (aujourd’hui Jakarta) en Indonésie et échangent avec l’Europe des denrées exotiques comme les épices, la soie ou la porcelaine. Ils furent, avec les portugais, les premiers européens à mettre les pieds sur le littoral australien. A partir de 1664, la France rentre dans la course avec des comptoirs en Inde, à l’île Maurice et à La Réunion.

Au 18e siècle en Europe, c’est le temps des Lumières, philosophes et scientifiques plaident pour une vie simple en harmonie avec la nature. En France, le tour du monde de Louis-Antoine de Bougainville en 1766-69, suscite un énorme intérêt auprès du public, il ramène avec lui un jeune prince de Tahiti nommé Aoutourou et l’exotisme de ses histoires fera naître de nombreuses vocations. Dans ses traces six expéditions scientifiques patronnées par l’état français verront le jour entre 1771 et 1820 dans le but d’explorer les hautes latitudes de l’hémisphère Sud et le continent australien qui répond alors au nom de Nouvelle Hollande.

Expéditions françaises en Australie (1771-1820)

Expéditions françaises en Australie (1771-1820)

Carte dessinée par Carina – Voir aussi : Carte de l’Australie (1811)

Au début des années 1780, l’Angleterre souffre d’une criminalité galopante et une rivalité féroce avec le voisin français marque cette époque. En 1788, les britanniques décident de s’installer en Australie et créent la première colonie pénitentiaire à Botany Bay (Sydney), un port naturel découvert par James Cook en 1770. Au même moment, les expéditions françaises s’intéressent aussi à l’Australie mais dans des disciplines variées comme la géographie, l’astronomie, l’anthropologie, la géologie, la botanique et la zoologie, engrangeant une masse de données considérable.

Carte de la partie Sud-Est de la Tasmanie (1811)

Carte de la partie Sud-Est de la Tasmanie (1811)

L’expédition de Nicolas Baudin (1800-04) est la plus notable, elle ramène avec elle des milliers de spécimens de roches, plantes et animaux, des dessins de la société indigène, de la faune et de la flore australiennes. Avant elle, en 1791-94, les scientifiques des frégates commandées par Bruny d’Entrecasteaux cartographient, dessinent et nomment les reliefs du littoral. Ainsi, l’Archipelago of the Recherche et la ville d’Esperance dans le Western Australia, mais aussi Recherche Bay et Port Esperance en Tasmanie, rendent hommages à ses deux navires emblématiques. Aujourd’hui, on dénombre plus de 400 toponymes d’origine française en Australie.

Malheureusement, presque aucun de ces intrépides navigateurs ne reverra l’Europe : Marion Dufresne et une vingtaine d’officiers et membres d’équipage sont massacrés (et mangés !) par les Maoris en Nouvelle-Zélande en 1772 ; la même année Saint-Aloüarn meurt de maladie à l’île Maurice ; La Pérouse perd ses deux navires La Boussole et L’Astrolabe dans une violente tempête aux îles Salomon en 1788 ; Bruny d’Entrecasteaux, atteint de scorbut, succombe en mer au large de la Nouvelle-Guinée en 1793 et Nicolas Baudin de tuberculose à l’île Maurice en 1803 !

Seul Louis de Freycinet rentrera vivant en France de son expédition de circumnavigation (1817-20).

D'Entrecasteaux Channel

D’Entrecasteaux Channel

230 ans plus tard, L’Envol navigue au GPS sur les traces de Bruny d’Entrecasteaux et Nicolas Baudin. Quand je pense à ces marins du temps jadis qui ont dessiné les prémisses des cartes actuelles, sans l’appui d’aucune technologie moderne, sans échappatoire motorisée pour suppléer aux facéties du vent ou des courants, sans même savoir que la Tasmanie était une île, je suis confondu de respect et d’admiration. C’était un temps où la vie était précaire, où l’erreur se payait chère et où la chance comptait pour beaucoup !

Mesdames et messieurs, chers lecteurs,

un mois s’est déjà écoulé dans notre sillage, dans le prochain épisode nous poursuivrons Nord le long de la côte Est ce tour de Tasmanie en votre compagnie. Nous découvrirons les vestiges du pénitencier de Port Arthur, un site qui permet de mieux comprendre la mentalité des premiers colons et la dualité de la société australienne contemporaine. Nous ferons ensuite une immersion prolongée dans la nature belle et généreuse de Maria Island et une visite rapide à la spectaculaire Wineglass Bay avant de redescendre nous cacher pour l’hiver quelque part dans les environs d’Hobart

A bientôt !








Engaged Like Button

Toutes nos traces GPS et waypoints d’escales en Australie sont visibles et téléchargeables à partir de cette carte interactive. Sur un fond d’images satellites, vous pouvez zoomer, vous déplacer et cliquer sur les traces et les escales de L’Envol pour obtenir plus d’information.

Publié le 16/04/2021 depuis le Tamar Yacht Club, Beauty Point, Port Dalrymple, Tamar River, île de Tasmanie, Tasmania, Australie, GPS 41 9.43 S 146 49.36 E

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>